Renseignements importants sur la COVID-19 / Important information on COVID-19!

Nous demandons à tous les patients et visiteurs qui se présentent à HSN de porter un masque en tant que mesure supplémentaire pour réduire la propagation des microbes et protéger les patients vulnérables. Les masques fabriqués à la main sont acceptables tout comme ceux achetés auprès des détaillants de notre communauté. Les patients qui se présentent au Service des urgences seront vus même s’ils ne portent pas de masque. Les patients qui viennent pour passer un examen doivent retirer leur masque et le garder avec leurs effets personnels.

Avant de venir à l’hôpital, veuillez consulter notre page d’information sur la COVID-19 où vous trouverez des mises à jour régulières.

Tag Patients

Chirurgie valvulaire

Le cœur compte quatre valvules : la valvule mitrale, la valvule sigmoïde, la valvule tricuspide et la valvule pulmonaire. Les valvules canalisent le sang à l’intérieur du cœur. Lorsqu’on colle l’oreille contre la poitrine de quelqu’un pour écouter le battement de son cœur, en réalité, ce qu’on entend, ce sont les valvules qui ouvrent et qui ferment.

Lorsqu’une affection valvulaire se développe, cela est parfois dû au fait qu’une des valvules ne s’ouvre pas complètement (sténose) ou qu’elle ne se ferme pas bien (régurgitation). Lorsque cela se produit, le sang ne circule pas bien à l’intérieur du cœur. On peut réparer la valvule ou la remplacer.

Les principales options en matière de valvules cardiaques de remplacement sont les valvules mécaniques et les bioprothèses. Les valvules mécaniques sont faites de titane et de métal et ne doivent jamais être remplacées. Cependant, la personne doit prendre un anticoagulant pour le reste de sa vie. Les bioprothèses sont faits de péricarde bovin (le sac enveloppant le cœur d’une vache) ou du tissu d’une valvule sigmoïde porcine. Il est rare qu’une personne ayant reçu une telle valvule doive prendre un anticoagulant, mais celles ci durent seulement de 10 à 15 ans, après quoi il y a une ablation de la valvule, et une deuxième intervention est nécessaire.

Ordinairement, les valvules mitrale et sigmoïde sont les deux valvules principales atteintes. Elles seront abordées séparément.


Sténose mitrale

Une personne peut avoir une sténose mitrale et se sentir bien, ou manifester des signes et symptômes mineurs pendant de nombreuses années. Cependant, les symptômes mineurs peuvent subitement empirer.

Signes et symptômes :

Consultez votre médecin de famille si un des signes ou symptômes suivants se manifeste :

• la fatigue, surtout pendant les périodes d’activité accrue;

• un essoufflement, surtout lorsque vous faites un grand effort ou lorsque vous vous allongez;

• l’enflure des pieds ou des chevilles;

• des palpitations – des battements de cœur rapides et palpitants;

• de l’étourdissement ou des évanouissements;

• des infections respiratoires fréquentes, telles que la bronchite;

• une grave toux, parfois rejetant une expectoration striée de sang;

• rarement, un malaise ou une douleur à la poitrine.



Les signes et symptômes peuvent empirer lorsque la fréquence cardiaque augmente, par exemple, lorsque vous faites de l’exercice. Ils peuvent également être déclenchés par la grossesse ou d’autres sources de stress pour le corps, telles qu’une infection respiratoire ou une infection du cœur. Les infections comme la fièvre rhumatismale ainsi que les déficiences congénitales peuvent causer des troubles valvulaires, entraînant parfois une insuffisance cardiaque (insuffisance cardiaque congestive) ou une infection (endocardite infectieuse). Certains médicaments, tels que les coupe faim et les médicaments contre la migraine peuvent causer un épaississement de la valvule mitrale, entraînant une sténose mitrale. Si vous avez des préoccupations, veuillez en discuter avec votre médecin de famille.

Ordinairement, les troubles valvulaires se développent chez des personnes âgées de la vingtaine à la cinquantaine, mais peu importe l’âge, ceux ci se développent. D’autres signes que votre médecin pourrait déceler sont :

• un souffle cardiaque;

• une congestion pulmonaire;

• un rythme cardiaque irrégulier;

• l’hypertension pulmonaire;

• des caillots de sang.



La sténose mitrale était plus fréquente il y a quelques décennies, puisque sa cause principale, la fièvre rhumatismale, est largement éradiquée. Les personnes plus à risque de développer une sténose mitrale sont notamment celles qui ont des antécédents de fièvre rhumatismale et celles qui souffrent d’infections streptococciques fréquentes.

Complications :

Si elle n’est pas corrigée, certaines complications peuvent se produire, notamment :

 Insuffisance cardiaque congestive : Celle ci se produit lorsque le cœur est affaibli et ne pompe pas suffisamment de sang pour répondre aux besoins de l’organisme. Une valvule mitrale rétrécie nuit à la circulation du sang, à l’intérieur du cœur ainsi que vers l’organisme. De plus, la pression dans les poumons augmente, et du liquide s’accumule dans les poumons. Cela fatigue le côté droit du cœur, entraînant ainsi l’accumulation de liquide dans les chevilles, dans l’abdomen, ou dans ces deux régions.

 Dilatation du cœur : La sténose mitrale affaiblit le cœur en endommageant sa chambre supérieure gauche (l’atrium). La circulation du sang entre l’atrium gauche et le ventricule gauche est difficile. La pression augmente dans l’atrium gauche, et cette chambre peut se dilater et épaissir. Au début, ce changement permet au cœur de pomper le sang plus efficacement, mais il finit par nuire à l’état de santé général du cœur. En outre, lorsque la pression dans les poumons augmente, cela peut causer l’hypertension pulmonaire.

 Fibrillation auriculaire : L’étirement et la dilatation de l’atrium gauche du cœur peuvent entraîner un rythme cardiaque irrégulier, appelé la fibrillation auriculaire, où le rythme cardiaque dans les chambres supérieures du cœur devient rapide et irrégulier.

 Caillots de sang : Si elle n’est pas corrigée, la fibrillation auriculaire augmente les risques que des caillots de sang se forment dans la chambre supérieure gauche du cœur, puisque cela permet au sang de s’accumuler à cet endroit. Les caillots de sang formés dans le cœur peuvent se déplacer vers d’autres parties du corps, entraînant de graves problèmes de santé. Si un caillot de sang entre dans le cerveau et bloque un vaisseau sanguin, cela peut causer un accident vasculaire cérébral. Un échocardiogramme trans œsophagien (mentionné dans la section no 6, « Examens ») peut aider le médecin à déterminer si des caillots de sang se sont formés dans votre cœur.

 Congestion pulmonaire : Ce trouble est appelé un œdème pulmonaire. Du sang et du liquide s’accumulent dans les poumons. La personne se sent essoufflée, et lorsqu’elle tousse, elle rejette parfois une expectoration striée de sang.

Traitement :

On ne peut pas corriger un défaut de la valvule mitrale à l’aide de médicaments. Cependant, certains médicaments peuvent réduire les symptômes ressentis en réduisant la charge de travail du cœur et en stabilisant le rythme cardiaque.

Interventions chirurgicales :

Valvuloplastie avec sonde à ballonnet : Il ne s’agit pas d’une chirurgie à cœur ouvert. Cette intervention est faite à l’aide d’un mince tube mou dont le bout est muni d’un ballonnet, avec lequel on ouvre la valvule mitrale. Elle n’est pas pratiquée à l’Hôpital régional de Sudbury Regional Hospital, cependant, elle l’est dans d’autres centres de soins cardiaques. La valvuloplastie avec sonde à ballonnet peut régler la sténose mitrale et soulager ses symptômes. Cependant, elle ne convient pas dans les cas où la valvule est rétrécie (une sténose) et il y a également un reflux de sang (une régurgitation), ou lorsqu’un caillot de sang s’est formé dans une des chambres du cœur, puisque le risque de le déplacer peut être trop élevé. Cette intervention peut faciliter le passage du sang à travers la valvule pendant un certain temps, mais avec le temps, celle ci peut rétrécir de nouveau.

Réparation de la valvule mitrale : Ici, la valvule est réparée plutôt que remplacée. Par exemple, chez certains nouveau nés, les feuillets de la valvule mitrale sont fusionnés (elles ne se séparent pas). Chez les adultes, les feuillets de la valvule deviennent parfois cicatrisés et fusionnés. En séparant ou en rasant les feuillets chirurgicalement – ce que l’on appelle une valvulotomie ou une commissurotomie le médecin peut éliminer la sténose mitrale et améliorer la circulation sanguine. L’intervention peut également comprendre l’enlèvement d’une obstruction située sur la valvule ou à proximité de celle ci. Il s’agit d’une chirurgie à cœur ouvert, pendant laquelle le médecin fait une petite incision dans votre poitrine, à côté de votre cœur.

Remplacement de la valvule mitrale : La valvule mitrale rétrécie est enlevée et est remplacée par une valvule mécanique ou une bioprothèse.

Prévention :

La seule mesure préventive est de prévenir la fièvre rhumatismale. Pour ce faire, il suffit de consulter votre médecin lorsque vous avez mal à la gorge. Si elle n’est pas traitée, une angine streptococcique peut devenir une fièvre rhumatismale. Heureusement, l’angine streptococcique peut facilement être traitée par des antibiotiques.

On peut prévenir l’endocardite, une infection des valvules et de la paroi intérieure du cœur, en prenant des antibiotiques avant de subir certaines pratiques dentaires ou interventions médicales. Consultez votre médecin afin de savoir si vous devez prendre des antibiotiques pour prévenir l’endocardite.


Régurgitation mitrale :

La régurgitation mitrale se produit lorsque la valvule mitrale ne se ferme pas complètement, permettant au sang de refluer dans le cœur. Cela s’appelle également l’insuffisance mitrale. Le traitement dépend de la gravité et de la progression de la maladie ainsi que des signes et symptômes. Si elle n’est pas traitée, une grande régurgitation mitrale peut entraîner l’accumulation de liquide dans les poumons, ce trouble appelé l’insuffisance cardiaque congestive, ou un rythme cardiaque irrégulier dangereux.

Vous ressentez peut être des palpitations lorsque vous êtes couché sur votre côté gauche, puisque le cœur bat plus fort. Cela est dû au fait que le ventricule gauche doit pomper davantage de sang pour compenser le reflux de sang dans l’atrium gauche. Avec le temps, le ventricule gauche grossit et devient plus épais afin de donner plus de force à chaque battement. L’atrium gauche grossit également, parce qu’il doit accommoder le reflux de sang provenant du ventricule. Lorsque l’atrium est rendu à un stade avancé d’hypertrophie, le rythme cardiaque devient rapide et irrégulier (la fibrillation auriculaire), diminuant ainsi l’efficacité avec laquelle le cœur pompe le sang. Le sang ne circule pas normalement, favorisant ainsi la formation de caillots de sang. Si un caillot de sang se détache, il est acheminé hors du cœur, et pourrait bloquer une artère, pouvant ainsi entraîner un accident vasculaire cérébral ou d’autres dommages.

S’il s’agit d’une régurgitation grave, la circulation sanguine est suffisamment réduite pour causer une insuffisance cardiaque, qui peut entraîner une toux, l’essoufflement lors de l’effort accru, et l’enflure des jambes.

Signes et symptômes :

• Un essoufflement, surtout lorsque vous faites un grand effort ou lorsque vous vous allongez;

• la fatigue, surtout pendant les périodes d’activité accrue;

• une toux, surtout la nuit ou lorsque vous vous allongez;

• un essoufflement qui interrompt votre sommeil pendant la nuit;

• des palpitations;

• l’enflure des pieds ou des chevilles;

• un souffle cardiaque;

• une douleur cardiaque;

• une perte de poids.

Il y a plusieurs causes à la régurgitation mitrale, notamment :

 Prolapsus de la valvule mitrale : Ce trouble se produit lorsque les feuillets et les cordelettes de la valvule mitrale sont affaiblis. Lorsque le ventricule gauche se contracte, les feuillets de la valvule s’affaissent dans l’atrium gauche (un prolapsus). Ce glissement empêche la valvule mitrale de se fermer de façon étanche. Cependant, ce trouble est commun, et la grande majorité des gens qui en sont atteints ne développe jamais une grave régurgitation. Le prolapsus produit un « clic » audible au stéthoscope, et est visible pendant l’échocardiogramme et parfois pendant d’autres examens.



 Cordelettes endommagées : Les petites cordes qui relient les battants de la valvule mitrale au cœur peuvent être endommagées. Avec le temps, les cordelettes peuvent s’étirer ou se déchirer subitement, surtout chez les personnes qui ont un prolapsus de la valvule mitrale. Une déchirure subite des cordelettes peut entraîner une fuite de sang considérable par la valvule mitrale. Une intervention cardiaque d’urgence est parfois nécessaire afin de réparer la déchirure.

 Fièvre rhumatismale : Celle ci cause environ le tiers des cas de régurgitation mitrale. Elle peut endommager la valvule mitrale de deux façons. L’infection peut épaissir les feuillets de la valvule, limitant ainsi sa capacité de s’ouvrir. L’infection peut également entraîner la fusion des feuillets de la valvule mitrale, empêchant la valvule de se fermer de façon étanche, causant une régurgitation.

 Endocardite : Les valvules peuvent être endommagées par une infection à l’intérieur du cœur qui se propage aux valvules.



 Crise cardiaque antérieure : Une crise cardiaque peut endommager la partie du muscle cardiaque qui soutient la valvule mitrale; cela dépend de l’artère dans laquelle le blocage s’est produit. Si les dommages sont assez sérieux, une crise cardiaque peut subitement entraîner une grave régurgitation mitrale.

 Cardiopathie congénitale : Certaines personnes sont nées avec des malformations, notamment une fuite dans la valvule mitrale.

 Détérioration de la valvule avec l’âge : À l’âge moyen, il se peut que vous soyez atteint d’une régurgitation mitrale causée par la détérioration naturelle de la valvule. Cela se produit seulement chez un nombre restreint d’aînés.

 Certains coupe faim : Il se peut que les gens qui ont pris de la fenfluramine ou de la dexfenfluramine pendant plus de quatre mois soient plus à risque.



Complications :

La régurgitation mitrale augmente le risque d’être atteint d’endocardite, une infection de la paroi interne du cœur. Une valvule mitrale endommagée est plus susceptible à l’infection qu’une valvule saine. Vous pouvez développer l’endocardite lorsqu’une bactérie provenant d’ailleurs dans votre corps entre dans la circulation sanguine et s’installe dans le cœur. Vous pouvez discuter avec votre médecin au sujet de prendre des antibiotiques avant de subir certaines interventions médicales ou pratiques dentaires qui pourraient augmenter les risques qu’une bactérie entre dans votre circulation sanguine et transmette une infection au cœur.

Insuffisance cardiaque congestive : Du liquide peut s’accumuler dans les poumons, fatiguant le côté droit du cœur. Cela peut causer l’enflure des chevilles, l’essoufflement, la distension des veines du cou, l’hypertrophie du foie et la fatigue, et la personne peut se réveiller la nuit, essoufflée.

Fibrillation auriculaire : Le rythme cardiaque n’est plus régulier, il est plutôt rapide et irrégulier. Cela peut entraîner la formation de caillots de sang dans le cœur. Un de ceux ci pourrait se détacher, entrer dans la circulation sanguine et entrer dans le cerveau, entraînant un accident vasculaire cérébral.

Traitement :

Le traitement dépend de la gravité de la situation. Dans la majorité des cas, il n’y a aucun symptôme. Si la personne présente des symptômes, son activité physique peut être limitée. Le traitement consiste à améliorer l’efficacité du cœur, à diminuer les signes et symptômes, et à prévenir les complications qui pourraient survenir. Certaines personnes doivent suivre un régime à faible teneur en sodium.

Médicaments : Cela dépend des symptômes. Les médicaments traitent les symptômes ainsi que les états sous-jacents qui sont liées à la régurgitation de la valvule mitrale. Un anti arythmisant est prescrit afin de stabiliser le rythme cardiaque. Les vasodilatateurs réduisent la charge de travail du cœur. La digoxine augmente la force des contractions cardiaques. Les diurétiques éliminent le liquide qui s’est accumulé dans les poumons. Si la personne souffre d’une fibrillation auriculaire, un anticoagulant ou un anti agrégant plaquettaire est prescrit afin d’empêcher la formation de caillots de sang. Des antibiotiques sont prescrits afin de prévenir l’endocardite.

Prévention :

Une mesure préventive consiste à éviter d’être atteint d’une fièvre rhumatismale. Assurez vous de consulter votre médecin lorsque vous avez mal à la gorge. N’oubliez pas que l’angine streptococcique peut entraîner une fièvre rhumatismale. Celle ci est traitée au moyen d’antibiotiques. Vous pouvez prévenir l’endocardite, une infection des valvules et de la paroi interne du cœur, en prenant des antibiotiques avant de subir certaines interventions médicales ou pratiques dentaires.

Si vous souffrez d’un prolapsus de la valvule mitrale et d’une régurgitation mitrale, il est important que votre médecin évalue régulièrement le degré de régurgitation en effectuant un examen physique régulier et en ordonnant un échocardiogramme de suivi, au besoin.

N’oubliez pas de suivre un régime sain pour le cœur, de maintenir un poids santé, de vérifier régulièrement votre pression artérielle, de limiter votre consommation de caféine (la caféine peut aggraver un rythme cardiaque irrégulier), de limiter votre consommation d’alcool, de faire de l’exercice, et de visiter régulièrement le médecin et le dentiste.


Sténose aortique

Il s’agit du rétrécissement de la valvule sigmoïde du cœur. Ordinairement, la valvule sigmoïde compte trois feuillets ou valves, d’où la désignation « tricuspide ». La principale cause de sténose aortique est la dégénération liée à l’âge, où la calcification de la valvule sigmoïde entraîne des symptômes chez les aînés. Environ 2 % de la population est née avec une valvule sigmoïde bicuspide. Ces gens n’ont que deux valvules. La plupart des valvules bicuspides fonctionnent bien, ordinairement tout au long de la vie de la personne, mais elles deviennent parfois épaisses et rétrécies (sténose), ou les bords se retroussent, laissant refluer du sang (insuffisance). Lorsque la valvule sigmoïde est obstruée, le cœur doit battre plus fort afin d’acheminer le sang vers le corps. Avec le temps, le muscle cardiaque devient plus épais parce qu’il doit se contracter avec davantage de force afin de compenser le blocage. De plus, étant donné que le cœur peut seulement pomper un certain volume de sang à la fois, il se peut qu’il ne puisse pas répondre aux besoins du corps lorsque vous faites de l’exercice.



Signes et symptômes :

Ordinairement la personne ne présente aucun symptôme, mais lorsque la situation empire, elle peut ressentir les symptômes suivants :

 une douleur thoracique, une sensation de resserrement ou d’oppression;

 une faiblesse, surtout pendant les périodes d’activité accrue;

 de l’étourdissement;

 un essoufflement, surtout lorsqu’on fait un grand effort ou qu’on s’allonge;

 des palpitations – un rythme cardiaque rapide et palpitant (surtout lorsqu’il y a une grave régurgitation ou un blocage);

 l’enflure des chevilles et des pieds.



Complications :

La personne est plus à risque de faire une endocardite, une infection de la paroi interne (l’endocarde) du cœur. Ordinairement, l’infection s’étend à une des valvules cardiaques, surtout si celle ci est endommagée. Une valvule sigmoïde rétrécie est plus à risque de devenir infectée qu’une valvule saine.

L’endocardite peut également survenir lorsqu’un agent bactériologique provenant d’ailleurs dans le corps entre dans la circulation sanguine et s’installe dans le cœur. Si vous êtes déjà atteint d’une sténose aortique et que vous devez subir une intervention médicale ou une pratique dentaire, votre médecin pourrait vous recommander de prendre des antibiotiques afin de réduire considérablement le risque qu’une bactérie entre dans votre circulation sanguine.

Si une sténose aortique n’est pas traitée, elle peut entraîner une insuffisance cardiaque congestive. Cela se produit lorsque le cœur ne peut pas faire suffisamment circuler le sang pour répondre aux besoins de l’organisme.

Une sténose aortique grave qui n’est pas traitée peut mettre la vie en danger. Cela peut entraîner un rythme cardiaque irrégulier et fatal.

Traitement :

Les médicaments ne guérissent pas la sténose aortique. Toutefois, votre médecin pourrait vous prescrire certains médicaments qui aident le cœur, soit en stabilisant le rythme cardiaque, en maintenant la santé du ventricule gauche, ou en ralentissant la progression de certains types de sténose aortique.

Une intervention chirurgicale immédiate n’est donc pas toujours nécessaire. Ordinairement, si vous êtes atteint d’une sténose aortique légère ou moyenne et que vous ne présentez aucun symptôme, une chirurgie valvulaire immédiate n’est pas nécessaire. Vous devriez plutôt visiter régulièrement votre médecin afin qu’il puisse suivre l’état de la valvule de près.

Ordinairement, on a recours à la chirurgie lorsqu’il y a un rétrécissement grave et que des signes et symptômes se manifestent. Dans certains cas, la personne ne développe jamais une sténose aortique grave. Chez d’autres personnes, le trouble est progressif, et tôt ou tard, une intervention chirurgicale est nécessaire.

Prévention :

Même si on ne peut pas prévenir ce trouble, on peut éviter d’avoir certaines complications.

Si une fièvre rhumatismale a causé ce trouble, discutez avec votre médecin de la possibilité de prendre des antibiotiques afin de prévenir une autre crise de fièvre rhumatismale. Consultez votre médecin lorsque vous avez mal à la gorge. Si l’angine streptococcique n’est pas traitée, elle peut entraîner une fièvre rhumatismale. Elle est facilement traitée par des antibiotiques.

Prenez des antibiotiques avant de faire nettoyer professionnellement vos dents, de subir une pratique dentaire ou de subir toute autre intervention effractive. Cela peut prévenir l’endocardite (l’infection de la valvule sigmoïde et de la paroi interne du cœur).

Visitez votre médecin afin de subir régulièrement des examens de santé et des électrocardiogrammes périodiques.

Maintenez une pression artérielle, un poids et des taux de cholestérol sains si vous êtes atteint d’une sténose aortique, peu importe la gravité de ce trouble. Votre médecin pourrait vous recommander de limiter les activités qui exigent un effort accru afin de ne pas fatiguer votre cœur.

Si vous êtes une femme en âge de procréer et que vous songez à devenir enceinte, discutez en avec votre médecin. La grossesse exige un effort accru du cœur, étant donné qu’il doit faire circuler un plus grand volume de sang. Votre médecin pourrait donc vous recommander de consulter un cardiologue et un obstétricien, et que ceux ci suivent votre état de santé, tout au long de votre grossesse et après l’accouchement.


Régurgitation aortique :

Une régurgitation aortique se produit lorsque la valvule reliant le ventricule gauche à l’aorte (vaisseau sanguin majeur quittant le cœur) ne se ferme pas de façon étanche. Le sang qui vient d’être expulsé peut donc refluer dans le cœur, et celui ci doit donc travailler plus fort afin de pomper le même volume de sang. Cela entraîne une hypertrophie du cœur.

Signes et symptômes :

 un essoufflement, surtout lorsque vous faites un grand effort ou lorsque vous vous allongez;

 la fatigue, surtout pendant les périodes d’activité accrue;

 un malaise ou une douleur thoracique, ou une sensation de resserrement, puisque l’apport de sang au cœur est insuffisant;

 des battements de cœur irréguliers;

 l’enflure des chevilles et des pieds;

 une faible pression artérielle, voire l’évanouissement.

Complications :

La régurgitation aortique augmente le risque de développer une endocardite (une infection de la paroi interne du cœur). Une valvule endommagée est plus susceptible à l’infection. Une infection ailleurs dans votre corps peut entrer dans la circulation sanguine et s’installer dans le cœur. Vous voudrez peut être parler avec votre médecin de la prise d’antibiotiques avant de subir certaines interventions médicales et pratiques dentaires.

Une régurgitation légère ne présente pas un grand risque pour la santé. Cependant, une régurgitation grave peut entraîner une insuffisance cardiaque congestive, c’est à dire que le cœur ne pompe pas suffisamment de sang pour répondre aux besoins de l’organisme. Il s’agit d’un état grave.

Traitement :

Si vous êtes atteint d’une régurgitation légère et ne présentez pas de symptômes, une intervention n’est probablement pas nécessaire. Cependant, si vous en êtes atteint depuis longtemps et que vous présentez des signes et symptômes, votre médecin doit évaluer votre état de santé. Même si les médicaments ne peuvent pas corriger une régurgitation aortique, des médicaments peuvent améliorer l’état de santé du cœur. Certains médicaments peuvent réduire votre pression artérielle, stabiliser votre rythme cardiaque, prévenir l’infection des valvules endommagées et même empêcher la formation de caillots de sang. D’autres encore peuvent aider le cœur à mieux battre.

Une intervention chirurgicale peut s’avérer nécessaire lorsqu’il s’agit du moment propice. Si la personne manifeste de graves symptômes, ou si la régurgitation a affaibli le cœur, la chirurgie est parfois la meilleure solution. Si la valvule n’est pas réparée ou remplacée à temps, le cœur peut s’affaiblir à un tel point qu’il ne s’en remettra jamais. Dans certains cas, on peut réparer la valvule sans avoir à la remplacer.

Lors d’une réparation valvulaire, la valvule existante est conservée et son fonctionnement est amélioré. On peut y avoir recours lorsque le feuillet devient lâche et qu’il y a un prolapsus.

Prévention :

Encore une fois, vous pouvez prévenir la fièvre rhumatismale en traitant sans tarder les infections streptococciques. Des antibiotiques suffisent pour traiter l’angine streptococcique. Prendre bien soin de ses dents aide à prévenir les infections du sang qui peuvent endommager les valvules cardiaques.

Si vous souffrez d’une régurgitation aortique, vous pouvez faire en sorte qu’elle n’empire pas en surveillant de près l’état de santé de votre cœur et votre pression artérielle. Une pression artérielle élevée peut endommager la valvule sigmoïde.

Faites de l’exercice et visitez régulièrement votre médecin.


Régurgitation tricuspidienne :

La régurgitation tricuspidienne est également appelée une insuffisance tricuspidienne ou une valvule tricuspide incompétente. Elle se produit lorsque le sang reflue de la cavité antérieure droite (ventricule) vers la cavité supérieure droite (atrium). Ce trouble est soit causé par une valvule tricuspide endommagée ou un ventricule droit dilaté. La dilatation est parfois liée à un trouble pulmonaire grave et de longue durée comme l’emphysème ou l’hypertension pulmonaire.

Quelles en sont les causes? La principale cause est la fièvre rhumatismale, une complication qui peut survenir lorsqu’une angine streptococcique n’est pas traitée.

Signes et symptômes d’une régurgitation tricuspidienne :

 l’enflure de l’abdomen, des pieds et des chevilles;

 une pulsation veineuse visible dans le cou;

 la faiblesse;  la fatigue;

 une diminution de la quantité d’urine;

 un œdème généralisé;

 une coloration jaune de la peau (l’ictère) et une accumulation de liquide dans l’estomac qui peuvent être liées à un trouble hépatique (une ascite).



Signes et symptômes d’une sténose tricuspidienne

 la fatigue

 la douleur qui est liée à l’hypertrophie du foie

Traitement :

Aucun traitement n’est nécessaire si la personne ne présente que peu de symptômes, voire pas du tout. Une hospitalisation peut être nécessaire afin de diagnostiquer et de traiter les symptômes graves.

On identifierait alors les troubles sous jacents et on les traiterait. Il se peut qu’une intervention chirurgicale soit nécessaire afin de réparer ou remplacer la valvule tricuspide. Il est possible que la sténose soit corrigée en traitant les troubles sous jacents, notamment l’hypertension pulmonaire et la dilatation du ventricule droit. La réparation ou le remplacement de la valvule est ordinairement un traitement efficace.

Les complications qui peuvent survenir si la valvule tricuspide n’est pas traitée pourraient empirer une insuffisance cardiaque ou entraîner une endocardite (infection des valvules cardiaques), la cirrhose, une perte de poids ou une perte d’appétit.

Prévention :

Encore une fois, vous pouvez prévenir la fièvre rhumatismale en traitant sans tarder l’angine streptococcique avec des antibiotiques. Prendre bien soin de vos dents aide à prévenir les infections du sang qui peuvent endommager les valvules cardiaques.


Sténose pulmonaire :

Ordinairement, une sténose pulmonaire est un trouble qui existe à la naissance (congénitale). La valvule pulmonaire, ou l’artère pulmonaire située juste au dessous de la valvule, est rétrécie. Ce rétrécissement diminue la quantité de sang qui est acheminée du ventricule droit vers les poumons, où le sang est oxygéné.



Les causes sont toujours inconnues. Bien que le plus souvent, la sténose soit causée par une malformation survenue lors du développement du fœtus, elle peut également survenir plus tard en raison d’un trouble qui endommage les valvules cardiaques ou entraîne la formation de tissu cicatriciel, notamment la fièvre rhumatismale et l’endocardite.

Signes et symptômes :

 la fatigue;

 l’essoufflement;

 une peau bleuâtre (cyanose);

 une douleur thoracique;

 l’évanouissement;

 l’enflure des chevilles et des pieds.

Traitement :

Dans certains cas, aucun traitement n’est nécessaire. On peut parfois réduire la charge de travail du cœur, stabiliser le rythme cardiaque et, dans certains cas, ralentir la progression d’une affection de la valvule pulmonaire, à l’aide de médicaments. Les médicaments ne peuvent pas guérir une sténose pulmonaire. Une intervention chirurgicale peut s’avérer nécessaire.

Valvuloplastie : Une intervention pendant laquelle les feuillets sténosés de la valvule sont élargis et séparés à l’aide d’une sonde à ballonnet.

Complications qui peuvent survenir si le trouble n’est pas traité :

L’insuffisance cardiaque et l’hypertrophie du ventricule droit.


Avant - Pontage avec effraction minimale Prochain - Anévrisme de l’aorte

Avertissement

Les renseignements présentés dans la section du site Web de l’HRSRH sur les soins cardiaques ont pour but de vous renseigner sur le cœur et sur son impact sur la santé.

Ce site Web ne donne pas de conseils médicaux précis. Seul un médecin compétent peut établir un diagnostic selon vos symptômes et vous donner des conseils médicaux à leur égard. Ce site Web a été conçu dans un but éducatif. Nous serons heureux de répondre à vos questions. Merci.