Diagnostic et Traitement

Si l’on a trouvé une région anormale dans la cavité buccale, la biopsie est la seule façon de savoir s’il s’agit ou non d’un cancer. Habituellement, le patient est dirigé vers un chirurgien stomatologiste ou un chirurgien oto-rhino-laryngologiste qui enlève une partie ou la totalité de la masse ou d’une région à l’apparence anormale. Un pathologiste examine le tissu au microscope pour déceler les cellules cancéreuses.
 
Presque tous les cancers buccaux sont des carcinomes squameux. Les cellules squameuses recouvrent la cavité buccale.
 
Si le pathologiste trouve un cancer buccal, le médecin du patient a besoin de savoir le stade, ou l’étendue, de la maladie afin de planifier le meilleur traitement possible. Les tests de stadification (détermination du stade) aident le médecin à découvrir si le cancer s’est répandu ou non et les parties du corps qui sont affectées.
 
La stadification comprend généralement des radiographies dentaires et des radiographies de la tête et la poitrine. Le médecin peut aussi vouloir que le patient subisse une tomodensitométrie. La tomodensitométrie est une série de radiographies compilées par un ordinateur pour former des images détaillées de régions à l’intérieur du corps.
 
L’échographie est une autre façon de produire des images des régions dans le corps. Des ondes sonores à haute fréquence (ultrasons) que les êtres humains ne peuvent pas entendre sont réfléchies par les organes et les tissus. La forme des échos produits par ces ondes crée une image appelée échogramme. Parfois le médecin demande l’IRM (imagerie par résonance magnétique), procédé où des images sont créées à l’aide d’un aimant lié à un ordinateur. Le médecin palpe aussi les ganglions lymphatiques dans le cou pour déceler l’enflure ou d’autres changements. Dans la plupart des cas, le patient subira un examen physique complet avant le début du traitement.

Types et stades

La stadification décrit l’étendue d’un cancer. La classification TNM sert de standard dans le monde entier. En général, plus le nombre est bas dans chaque catégorie, meilleur est le pronostic. Le stade du cancer sert à planifier le traitement.

T     décrit l’emplacement et la taille de la tumeur principale (primitive)
N     décrit l’atteinte ou non des ganglions lymphatiques
M     indique si le cancer s’est répandu ou non (présence ou absence de métastases).

Le type le plus commun du cancer de la bouche est le carcinome squameux (ou épidermoïde). L’adénocarcinome, le sarcome et le mélanome peuvent aussi se produire. 

Suivi après le traitement

  • À titre de patient atteint du cancer de la tête et du cou, vous aurez un suivi régulier par l’entremise des services dentaires. Ces rendez-vous coïncideront avec votre calendrier de suivi avec votre oncologue.
  • Comme la plupart des effets secondaires des traitements du cancer de la tête et du cou sont permanents, il est essentiel que le patient soit conscient des bons soins de la bouche prescrits par le dentiste.
  • Si l’état de la bouche est stable après les traitements du cancer, bon nombre de patients retournent voir leur dentiste de famille pour les soins habituels de la bouche dans les 12 mois qui suivent la date de début de leur traitement.

Traitement

Les traitements pour le cancer peuvent être très individualisés – votre traitement peut être différent de ce qui est décrit ci-dessous. 

  • Les tumeurs buccales localisées sont habituellement enlevées par chirurgie ou excision au laser.
  • Les tumeurs à leurs premiers stades sont traitées soit par chirurgie ou radiothérapie.
  • La chirurgie est habituellement choisie pour les tumeurs qui peuvent être enlevées avec un bon résultat fonctionnel.
  • La radiothérapie est préférée lorsque la chirurgie nécessiterait une importante reconstruction. Les options de radiothérapie comprennent les implants radioactifs (qui traitent seulement la tumeur primitive) et la radiothérapie externe (qui peut traiter à la fois la tumeur primitive et les ganglions lymphatiques avoisinants). La radiothérapie externe se donne lors d’une consultation externe et dure habituellement de deux à cinq semaines.
  • Les tumeurs avancées sur le plan clinique sont souvent traitées tant par la chirurgie que la radiothérapie. Les décisions de traitement sont prises au cas par cas pour chaque patient, en fonction de l’emplacement particulier de la tumeur, du stade de la maladie et de l’état général du patient.
  • La chirurgie peut enlever une partie de l’os sous-jacent et peut nécessiter la reconstruction grâce à un greffon de peau, de muscle ou d’os pris ailleurs dans le corps.
  • Si le patient est en mesure de le tolérer, le traitement peut comprendre deux séances de radiothérapie par jour ou la radiothérapie et la chimiothérapie.
  • Certains cancers comportent un risque élevé de se répandre de façon microscopique aux ganglions du cou et si le risque est élevé, le cou peut être irradié même s’il n’y a pas de preuve certaine que la tumeur se répand aux ganglions lymphatiques.
  • Le pronostic est plutôt bon pour les patients chez qui on a diagnostiqué un cancer buccal. Il faut envisager les statistiques en matière de survie avec prudence et celles-ci ne devraient pas servir à prédire la réaction individuelle au traitement.




Faire face au cancer

  • L’équipe de l’Oncologie dentaire conjointement avec l’équipe des soins de soutien du PRC peut aider quant aux questions de qualité de vie pour les personnes vivant avec le cancer ou touchées par le cancer. Cela comprend les aspects physiques, émotionnels, psychologiques et pratiques des soins. Chaque expérience du cancer est différente, mais d’une façon ou d’une autre, bon nombre de patients cancéreux ont les mêmes besoins.
  • Les effets du cancer et son traitement peuvent présenter des défis particuliers : depuis des préoccupations pratiques comme l’argent et le logement jusqu’aux préoccupations émotionnelles comme l’anxiété et le deuil. Si vous nécessitez un soutien quant aux impacts pratiques et émotionnels du cancer ou à la gestion des symptômes et des effets secondaires, vous pouvez utiliser les renseignements dans la section Faire face au cancer pour trouver ces ressources.

Sites Web recommandés

Les sites Web suivants ont été choisis et évalués par le Service d’oncologie dentaire :